Fermer

Urgence : crise alimentaire mondiale

Je fais un don
Fermer

Urgence : crise alimentaire mondiale

Je fais un don
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Dans le district de Barisal, au Bangladesh, où vit Lucky, 40 ans, le sujet des menstruations est rarement abordé. Les filles et les femmes ne parlent pas de l’hygiène menstruelle et la plupart n’ont pas accès à des serviettes hygiéniques parce qu’elles coûtent trop cher. Elles sont obligées d’utiliser de vieux morceaux de tissu pour absorber le sang chaque mois ce qui les confrontent à des situations très inconfortables et peu hygiéniques.

Le tabou de la menstruation et l’abandon de l’école

« La plupart des femmes de notre village ne sont pas à l’aise pour acheter des serviettes hygiéniques ici« , explique Lucky Begum, mère de trois enfants. « Les vendeurs sont pour la plupart des hommes, et les femmes se sentent donc très gênées. » 

« En plus de cela, de nombreuses femmes sont même gênées de faire sécher au soleil le tissu qu’elles utilisent pendant leurs menstruations, car c’est un sujet tellement tabou. Le tissu reste donc humide, ce qui entraîne souvent des infections« , ajoute-t-elle.

Par conséquent, de nombreuses filles ne vont pas à l’école pendant leurs règles en raison des difficultés à gérer les saignements et de la gêne que cela peut provoquer. La plupart des écoles ne disposent pas d’installations pour aider les filles pendant leurs règles – elles ne fournissent pas de serviettes hygiéniques, par exemple, ni d’endroit approprié pour les jeter.

Lorsque les filles manquent l’école, parfois jusqu’à quatre jours par mois, elles manquent les cours et ont de mauvaises notes. Avec le temps, elles abandonnent ensuite l’école parce qu’elles sont démotivées. 

Développer l’autonomie financière pour encourager la poursuite des études

Lucky a été mariée à l’âge de 14 ans, mais elle est déterminée à faire changer cette pratique cruelle. Lucky dirige un SaniMart – une petite boutique située dans un bazar accessible. En plus de fournir des toilettes hygiéniques aux clients, le SaniMart vend des serviettes hygiéniques, de la lessive, du savon, du nettoyant pour toilettes, des brosses à dents, du dentifrice et des articles de première nécessité.

SaniMart n’offre pas seulement à Lucky une indépendance financière vis-à-vis de son mari, mais cela permet également aux jeunes filles de la région de générer leur propre revenu, ce qui les encourage à poursuivre leurs études.

J’ai réussi à convaincre 15 adolescentes de travailler avec moi

Outre l’autonomisation économique des femmes et des filles, l’initiative SaniMart a également permis aux femmes de reprendre le pouvoir de décision en matière de santé. Les filles qui travaillent dans le magasin encouragent d’autres commerçants, des pharmacies, des écoles et des collèges à acheter leurs produits sanitaires. 

Grâce à leur campagne de communication et à leurs activités de sensibilisation, elles fournissent désormais des serviettes hygiéniques à 138 écoles, 12 pharmacies, de nombreux magasins et cliniques, ainsi que directement aux particuliers. 

« J’ai réussi à convaincre 15 adolescentes de travailler avec moi« , raconte Lucky. Maintenant, nous produisons 1 700 serviettes hygiéniques par semaine, ce qui nous permet de réaliser un bénéfice de BDT 4460 (55 dollars américains). Je gagne donc un bon revenu et nous espérons qu’un jour cette petite initiative se transformera en une grande entreprise commerciale. »

Ramener les filles à l’école

Depuis son lancement, SaniMart et ses installations sanitaires et d’hygiène ont permis aux filles de se sentir plus à l’aise pour aller à l’école pendant leurs règles. Maintenant que les serviettes hygiéniques sont abordables et accessibles, elles se sentent en confiance pour quitter la maison pendant leurs règles, elles ne sèchent plus l’école et obtiennent de meilleurs résultats dans leurs études.

Elles ont confiance en leurs performances en classe et sont plus déterminées à poursuivre leurs études. On peut donc espérer qu’à terme, SaniMart contribuera à l’indépendance sociale et économique des filles et réduira l’incidence du mariage des enfants en incitant davantage de filles à rester à l’école.

Aucune fille ne doit être privée d’école à cause de ses règles. Ensemble, brisons les tabous autour des règles !  

Suivez-nous

Sur instagram