.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Chaque jour, environ 300 millions de femmes et de jeunes filles dans le monde ont leurs règles. Pourtant, les mythes et les fausses informations sur les règles sont courants et conduisent souvent à la stigmatisation des filles et des femmes.

Mythes et stigmates 

Au moins 500 millions de filles et de femmes ne disposent pas de ce dont elles ont besoin pour gérer leurs règles, qu’il s’agisse de serviettes hygiéniques ou de l’accès à des toilettes propres.

En Inde et au Népal, par exemple, dans certaines communautés, il est interdit de dormir dans sa propre maison si l’on a ses règles. Dans d’autres cultures, vous ne pouvez pas visiter les lieux de culte, manger certains aliments ou même cuisiner.

Au Ghana, Yayra témoigne : « Il y a l’idée qu’une fille qui a ses règles ne doit pas être vue en public tant que ses règles ne sont pas terminées. Dans ma communauté, les menstruations sont un véritable tabou. »

En raison de la culture du silence qui entoure les règles, les produits hygiéniques tels que les serviettes ne sont pas disponibles, abordables ou considérés comme des dépenses prioritaires pour les ménages. Les filles et les femmes sont obligées d’utiliser des matériaux non hygiéniques comme de vieux journaux, des chiffons, de la terre, du sable, des cendres, de l’herbe ou des feuilles, qui sont inconfortables et peuvent provoquer des infections.

Hygiène menstruelle et éducation des filles

Aujourd’hui encore, 2 femmes et adolescentes sur 5 dans le monde, ne vont pas à l’école ou au travail parce qu’elles ont leurs règles. Chaque mois, la douleur ou la honte les empêchent de mener leur vie normalement. 

En 2021, les règles constituent encore l’un des principaux freins à l’éducation des filles partout dans le monde.

En Ouganda et en Indonésie, par exemple, la moitié des adolescentes ne vont pas à l’école lorsqu’elles ont leurs règles, ce qui leur fait manquer jusqu’à 24 jours d’école par an.

Les règles ne s’arrêtent pas pendant la pandémie ! 

Pour de nombreuses jeunes filles et femmes, le COVID-19 a rendu les produits hygiéniques encore moins abordables, car la pandémie a affecté les moyens de subsistance et les finances des ménages, tout en faisant augmenter le coût des produits de base en raison des pénuries et des chaînes d’approvisionnement perturbées. 

A cela s’ajoute le manque d’accès à ces produits d’hygiène en raison de la fermeture des magasins et pharmacies liée aux confinements répétés partout dans le monde. 

Par ailleurs, les écoles ayant fermé dans le monde entier, l’accès des filles aux informations sur leurs premières règles et sur la façon de gérer leur santé menstruelle a été encore plus limité.

En Inde, Manisha explique : « À l’heure actuelle, les adolescentes et les femmes sont confrontées à de gros problèmes en raison du manque de serviettes hygiéniques pendant leurs règles. Par conséquent, nous n’avons d’autre choix que d’utiliser des vêtements propres que nous avons sous la main pour rester dignes et nous protéger des maladies. »

Notre partenariat avec Sisters Republic 

L’ONG Plan International France est fière d’annoncer notre partenariat avec Sisters Republic, une marque engagée et écologique qui lutte contre les tabous autour des règles, pour que cet événement qui touche 300 millions de filles par jour ne soit plus considéré comme sale ni dégradant. 

A l’occasion de la Journée internationale de l’hygiène menstruelle, ce 28 mai, la marque Sisters Republic s’engage à nos côtés en reversant 100% des bénéfices réalisés à notre ONG.

Faire un don régulier pour les filles

Avec 10€ par mois, vous avez le pouvoir de faire la différence ! Vos dons participent chaque mois au financement des programmes menés par Plan International France dans les pays en développement, pour améliorer la vie et les droits de milliers de filles et de jeunes femmes.

Aucune fille ne doit être privée d’école à cause de ses règles. Ensemble, brisons les tabous autour des règles !  

Suivez-nous

Sur instagram