Fermer

Urgence : crise alimentaire mondiale

Je fais un don
Fermer

Urgence : crise alimentaire mondiale

Je fais un don
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Alors que Greta Thunberg apparait cet été en Une du Vogue Scandinavia et qu’une célèbre marque de fast fashion lance une nouvelle campagne intitulée « Role models », la surmédiatisation de jeunes personnalités militantes interroge. Qui sont ces figures d’inspiration propulsées sur le devant de la scène médiatique ? Quel est leur impact sur la société et sur les jeunes en particulier ? L’ONG Plan International France vous donne rendez-vous pour en débattre le 2 septembre 2021 à l’occasion du forum mondial 3Zéro.

« L’activisme permet aux jeunes d’acquérir des compétences, de l’expérience et des réseaux, de s’émanciper et de gagner en autonomie. C’est particulièrement vrai pour les filles qui peuvent ainsi développer leur confiance en elles, leurs ambitions et leur leadership », résume Anne Bideau, directrice de Plan International France.

« Il faut favoriser la visibilité des rôles modèles féminins dans toute leur diversité »

Les rôles modèles constituent un outil pour impliquer les jeunes dans les processus de décision et pour leur donner une représentation politique dans la société. Des figures inspirantes, souvent jeunes et féminines, qui militent pour une cause qu’elles incarnent et qui donnent envie aux autres de s’engager. « Il faut favoriser l’émergence et la visibilité des rôles modèles féminins dans toute leur diversité. C’est essentiel pour inciter les filles à devenir des actrices du changement », explique Michelle Perrot, directrice du plaidoyer et de l’engagement des jeunes de l’ONG.

Les filles 27 fois plus exposées à la violence en ligne

Sources d’inspiration, les rôles modèles sont également la cible de nombreuses critiques et leur hypermédiatisation les expose à différentes formes de violence et d’exclusion, comme le harcèlement, souvent exacerbées à l’encontre des filles et des femmes. Les réseaux sociaux constituent également des espaces de harcèlement. Si les jeunes sont mieux connecté·e·s, les filles et les jeunes femmes se retrouvent toutefois davantage exposées à cette violence : jusqu’à 27 fois plus que les garçons et les hommes. Il incombe à celles et à ceux qui travaillent à leurs côtés – institutionnels, médias, secteur privé, société civile… – de veiller à leur protection physique et morale.

L’ONG vous donne rendez-vous le 2 septembre 2021 à 11h30 au forum mondial 3Zéro pour débattre et poursuivre la réflexion aux côtés de Mathilda, jeune militante du Mouvement des jeunes, partenaire de Plan International France, d’Axelle Jah Njiké, militante et créatrice de podcast, de Joan Valadou du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, d’Elisabeth Roman, créatrice et rédactrice en chef de Tchika et de Romain Le Chéquer, directeur de la fondation Pierre Bellon.

Pour s’inscrire : https://events.convergences.org/fr/registration/purchase 

Suivez-nous

Sur instagram