.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

La mine m’empêchait de croire en moi mais l’école m’a offert un second souffle

En Tanzanie, l’âge légal minimum pour travailler est fixé à 14 ans, et l’âge moyen pour travailler dans les mines est de 18 ans. Pourtant, plus de 70 % des enfants de 5 à 17 ans travaillent. Plan International intervient auprès des enfants travailleurs pour les sortir de cette situation illégale et les réinsérer à l’école. Découvrez l’histoire de Limi, 11 ans, qui était obligée d’aller travailler dans la mine pour survivre avant d’être aidée par Plan International.

« Je m’appelle Limi. J’ai 11 ans et je vis avec ma maman et mon petit frère Oscar de 2 ans dans la région de Geita. Avant, j’allais travailler à la mine d’or à côté de la maison avec maman. Je travaillais à la mine tous les matins, puis j’allais à l’école l’après-midi. Mais le samedi et le dimanche je travaillais toute la journée à la mine. J’étais très fatiguée quand je finissais ma journée. J’avais souvent mal au dos et parfois même du mal à respirer. Un jour j’ai entendu dire que la mine était dangereuse pour ma santé et celle des autres enfants à cause du mercure que l’on utilise sans être protégés.

Quand je n’étais pas à la mine ou à l’école, je m’occupais de mon petit frère qui tombait souvent malade. Il a même attrapé la malaria un jour. Maman et moi on était très inquiètes. Surtout qu’Oscar restait souvent seul à la maison pendant que nous étions à la mine. Ça me faisait peur de le laisser seul, il pouvait lui arriver quelque chose… mais maman et moi n’avions pas le choix.

J‘étais obligée d’aller à la mine pour aider maman à acheter à manger, à payer l’école, les fournitures scolaires et l’uniforme. Seule, maman n’y arrivait pas, alors je devais l’aider pour elle et pour mon petit frère.

Un jour, Plan International est venu dans notre village pour nous dire que les enfants ne devaient pas aller à la mine parce que c’était trop dangeureux. Ils ont aidé maman à avoir plus d’argent grâce à un groupe d’épargne pour que je ne sois pas obligée d’aller travailler à la mine. Maintenant, je vais à l’école toute la journée ! 

J’ai hâte qu’Oscar grandisse pour qu’il puisse aller à l’école comme moi. C’est vraiment un endroit que j’aime. Je me sens en sécurité là-bas et j’apprends plein de choses ! Grâce à l’école je vais pouvoir réaliser mon rêve : devenir médecin pour pouvoir soigner les gens. Je pourrai gagner plus d’argent et vivre dans une maison plus sûre avec ma famille. La mine m’empêchait de croire en moi mais l’école m’a offert un second souffle. »

En savoir plus sur notre programme de lutte contre le travail des enfants dans les mines d’or en Tanzanie.

Suivez-nous

Sur instagram