Les jeunes constituent l’avenir des sociétés mondiales

Eloïse, 21 ans, est membre du Conseil consultatif des jeunes de la fondation Plan International France appelé le « Plan des Jeunes ». À l’occasion d’une conférence unique organisée par notre ONG mardi 31 janvier sur le rôle des jeunes dans les décisions qui concernent leur avenir, notre jeune porte-parole bénévole revient sur son engagement à nos côtés.

« Depuis mon enfance, j’ai baigné dans le monde associatif grâce à mon père. Installée en région parisienne pour mes études, il était important pour moi de poursuivre une forme d’engagement bénévole, mais cette fois sur des problématiques plus internationales. Portée par les valeurs et les causes défendues par l’ONG Plan International pour les droits des enfants et des jeunes, j’ai souhaité faire partie du Conseil des jeunes de l’organisation en France appelé « Plan des Jeunes ». 

M’engager pour les valeurs et les causes qui me tiennent à cœur, c’est aussi une façon de défendre une certaine conception du futur. 

« Je souhaite également m’investir plus précisément dans la défense des droits des filles. » 

La cause de l’enfant me tient particulièrement à cœur. En effet, tous les enfants et tous les jeunes, quels que soient leur nationalité, leur origine, leur sexe ou leur religion, doivent avoir le droit de grandir dans un environnement sécurisé tout en ayant accès à l’éducation et à des formations qui leur permettent de s’épanouir. Je souhaite également m’investir plus précisément dans la défense des droits des filles. Ces dernières sont trop souvent victimes de violence, de discriminations et on les empêche parfois de décider pour elles-mêmes. 

Les jeunes constituent l’avenir des sociétés mondiales. À ce titre, je pense qu’ils doivent pouvoir s’impliquer dans les décisions qui les concernent. Dans bien des pays, et c’est le cas de la France, il y a encore beaucoup à faire à ce sujet.

Je pense que, souvent, le manque d’implication des jeunes ne provient pas d’un manque d’intérêt mais plutôt d’un manque d’opportunités. Selon moi, il existe plusieurs obstacles qui empêchent les jeunes de s’impliquer. Le premier est une forme d’autocensure présente chez certains d’entre eux qui craignent de ne pas être considérés comme légitimes à évoquer certains sujets, du fait de leur jeune âge. De plus, bien que dans plusieurs pays, des procédures spécifiques ont été élaborées et mises en place pour favoriser l’implication des jeunes, ces mesures restent minoritaires malheureusement. » 

Suivez-nous

Sur instagram