.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

À l’occasion du Forum Génération Egalité, des dizaines de jeunes activistes ont porté leurs recommandations auprès des dirigeant·e·s internationaux. Ce rassemblement mondial pour l’égalité de genre, organisé par ONU Femmes et co-présidé par la France et le Mexique, s’est tenu dans un premier temps à Mexico du 29 au 31 mars 2021. Retour sur la participation de 2 militantes partenaires de l’ONG Plan International : Chanceline du Bénin et Fatu de Sierra Leone.

Elle est catégorique. « Il y a du leadership en chaque fille. Il suffit juste de l’accompagner ! ». Chanceline, 23 ans, fondatrice de l’Académie des jeunes filles leaders du Bénin, en est convaincue : la voix des adolescentes doit être écoutée. Ça tombe bien, leurs recommandations en matière de leadership, d’éducation complète à la sexualité et de lutte contre les violences de genre ont été entendues lors de 3 évènements digitaux : « L’éducation des adolescentes au cœur du Forum Génération Égalité » le 11 février, « Les violences fondées sur le genre » le 16 février et « Agir maintenant pour l’égalité » le 29 mars.

 « IL FAUT ÉDUQUER LES ADOLESCENTES AU LEADERSHIP »

Chanceline milite activement pour les droits des adolescentes au Bénin. « Les filles ne peuvent pas devenir actrices du changement si elles-mêmes ne voient pas à quoi celui-ci peut ressembler ! » explique-t-elle d’emblée. Elle recommande de créer des espaces où elles peuvent s’informer sur leurs droits, développer leurs compétences et rencontrer des modèles afin de devenir des militantes pour l’égalité. Sa demande aux gouvernements est claire : il faut investir davantage dans des programmes scolaires complémentaires, tels que le mentorat, pour permettre aux adolescentes de développer leur leadership. 

DES INVESTISSEMENTS EN FAVEUR DE L’ÉDUCATION COMPLETE À LA SEXUALITÉ

Aujourd’hui encore, l’absence d’éducation complète à la sexualité compromet la scolarisation des filles. Les grossesses précoces demeurent l’une des principales causes de décrochage scolaire chez les adolescentes. « Nous voulons des investissements pour faire de l’éducation complète à la sexualité une réalité dans les systèmes scolaires et en dehors de l’école ! », exhorte Chanceline. La création de centres d’information et l’utilisation d’applications mobiles constituent des outils précieux de sensibilisation des jeunes à ces questions.

LA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES DE GENRE EN MILIEU SCOLAIRE

Fatu, jeune militante de Sierra Leone, lutte sans relâche pour le droit des filles à une éducation de qualité. « Les filles ont le droit d’être à l’abri de la violence physique et émotionnelle à l’école et en dehors ! », rappelle-t-elle. Les violences de genre en milieu scolaire restent un obstacle considérable à l’éducation des filles. La jeune activiste encourage les établissements scolaires à se doter de mécanismes appropriés pour mettre un terme à ce fléau : « L’école doit constituer un espace sûr où les filles peuvent acquérir des connaissances pour s’épanouir ! ».

Retrouvez l’ensemble des recommandations formulées par Youth Global Task Force ici.

NOS RECOMMANDATIONS 

Suivez-nous

Sur instagram