.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Sur 61 millions d’enfants non scolarisés en âge d’être à l’école primaire, 33 millions, soit plus de la moitié, vivent en Afrique subsaharienne (Unesco). Plus de 400 millions de filles issues de pays en développement seront confrontées à la quasi impossibilité de faire des études supérieures d’ici à 2030. Il y a urgence : tout cela peut changer si les dirigeants mondiaux s’engagent à augmenter leurs financements pour l’éducation, il y a urgence !

Un partenariat mondial pour l’éducation en Afrique

Le 2 février 2018, se tient à Dakar, au Sénégal, une conférence sur le financement du Partenariat mondial pour l’éducation (PME) en Afrique. Les dirigeants mondiaux vont s’engager sur le montant de leurs investissements pour l’éducation durant les 4 prochaines années.

Ces derniers se sont donnés pour objectif que tous les enfants puissent se rendre à l’école primaire et secondaire, de manière gratuite, d’ici à 2030.  Cependant, cet objectif risque de ne pas être atteint car les moyens donnés pour l’éducation en Afrique sont insuffisants.

C’est pourquoi, l’ONG Plan International appelle les dirigeants mondiaux à tripler leur soutien financier pour l’éducation en Afrique jusque 2030.

L’éducation des filles compte !

Scolariser une fille a un impact positif sur toute la société, ce qui contribue au développement d’un pays entier. Cependant, ce sont les filles qui risquent le plus d’être privées d’école car elles sont victimes de nombreuses discriminations. 

De plus, les filles sont vulnérables aux violences au sein de l’école et sur le trajet pour s’y rendre, ce qui les dissuade d’être scolarisées.

L’éducation fait partie des droits fondamentaux des enfants. Elle est l’une des principales clés pour réduire la pauvreté, les effets du changement climatique et pour parvenir à l’égalité fille-garçon.

En finançant une éducation de qualité pour tous les enfants et en réduisant les obstacles qui empêchent un accès égal à l’école, nous rendons les garçons, mais surtout les filles capables, de réaliser leur potentiel et de diriger : à l’école, chez elles, au sein de leurs communautés…

Le rôle de la France dans l’aide à l’éducation en Afrique

«  La Coalition Education, dont Plan international France fait partie, lance un Observatoire qui alerte sur la faiblesse de l’aide française à l’éducation dans les pays en développement. Alors que 264 millions d’enfants et de jeunes ne sont pas scolarisés dans le monde, le Président et le gouvernement ont annoncé à plusieurs reprises vouloir faire de l’éducation une priorité. La Coalition Education appelle donc la France à rattraper son retard et à faire de 2018 l’année de l’éducation pour toutes et tous.

En effet, la France figure parmi les mauvais élèves du classement des pays donateurs avec une aide à l’éducation en baisse. L’éducation de base, qui inclut l’éducation primaire et secondaire, ne représente que 2,5% de l’aide publique française au développement totale.

En 2016, la France n’a alloué que 8,4 millions de dollars au Partenariat mondial pour l’éducation (PME). C’est pourtant le seul fonds multilatéral intégralement dédié à l’appui aux politiques d’éducation dans les pays en développement. La contribution de la France au PME est donc pour l’instant bien en deçà des efforts consentis par d’autres pays, comme les 136,8 millions de dollars versés par le Royaume-Uni ou les 58,1 millions de la Norvège pour la même année.

Toutefois, le Président de la République a récemment affirmé sa volonté de faire de l’éducation dans le monde une priorité de la politique de développement de la France, notamment de par sa décision de co-présider, avec le Sénégal, la conférence du 2 février à Dakar. »

Le temps est compté

Demandez à vos dirigeants d’augmenter leur aide financière pour l’éducation des filles pour qu’elles puissent changer le monde. Agissons vite et maintenant ou le potentiel de toute une génération risque d’être perdu #FundEducation

Interpellez le gouvernement français sur twitter :

Demandez à @EmmanuelMacron & @AFD_France d’augmenter leur aide financière à l’éducation des filles pour qu’elles puissent changer le monde. Agissons vite et maintenant ou le potentiel de toute une génération risque d’être perdu #FundEducation

 

Suivez-nous

Sur instagram