.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Sympathique et gaie – c’est ainsi que ses amis décrivent souvent Angela, 15 ans. Mais derrière son sourire se cache un terrible secret. Pendant près de 2 ans, sa sœur aînée l’a contrainte à se livrer régulièrement à des actes sexuels devant un ordinateur, pour un public payant.

Angela, 13 ans, a été forcée de se prostituer sur Internet

La famille d’Angela est pauvre. Son père est pêcheur et il gagne à peine assez pour subvenir aux besoins vitaux de sa famille, mais pas suffisamment pour envoyer ses 6 enfants à l‘école. Aussi, à 13 ans, Angela a quitté ses parents pour rejoindre en ville sa sœur Grace, âgée de 28 ans, qui s’était engagée à payer ses études.

Mais Angela ne savait pas de quoi vivait Grace. Plusieurs fois par semaine, elle échangeait en ligne avec des hommes qu’elle ne connaissait pas. Elle se déshabillait devant l’ordinateur, dansait sur demande et se livrait à toutes sortes d’actes sexuels. Tout ça, pour de l’argent.

Quand ses clients ont réclamé quelqu’un de plus jeune, Grace a obligé Angela à prendre sa place. Contrainte par sa sœur ainée, elle devait se caresser et même utiliser des jouets sexuels si un client le demandait.

Cela a duré 2 ans, jusqu’à ce que des policiers s’introduisent chez Grace pour délivrer Angela, mais également son frère aîné, un cousin et une voisine qui, eux aussi, avaient été exploités par Grace.

Une augmentation inquiétante de l’exploitation sexuelle des enfants en ligne

Aux Philippines, 100 000 enfants sont victimes de la traite chaque année. Et ce chiffre augmente à un rythme alarmant avec l’essor de l’exploitation en ligne.

Une étude menée par Plan International en 2016 a révélé que l’exploitation sexuelle des enfants passe maintenant par Internet et non plus essentiellement par l’intermédiaire de réseaux mafieux. Touchant beaucoup plus d’enfants, de plus en plus vulnérables à la traite et aux abus.

La prostitution et l’exploitation sexuelle en ligne sont aujourd’hui les deux principales formes de traite.

Plan International aide ces enfants à se reconstruire

Plan International, dans le cadre de son projet contre la traite des enfants, s’est associé au gouvernement et à des prestataires pour améliorer les services de réadaptation et réinsertion d’enfants victimes de la traite, comme Angela.

Le projet, d’une durée de 3 ans, propose une formation sur l’exploitation sexuelle des enfants, le travail et la traite des êtres humains, ainsi que la mise en place de mécanismes de protection de l’enfant au sein de sa communauté. Et ce, à l’intention des partenaires gouvernementaux, des responsables locaux et des membres des communautés.

Nous formons également les enfants et les jeunes pour les inciter à se protéger contre le trafic et à aider d’autres enfants à faire de même.

Un nouveau départ pour Angela

Contrairement aux enfants victimes de la traite non identifié·e·s, Angela est désormais en sécurité dans un foyer financé par le gouvernement, où les femmes et les enfants maltraité·e·s et exploité·e·s sont logé·e·s et nourri·e·s, reçoivent des soins médicaux appropriés et sont assisté·e·s pour déposer des plaintes devant les tribunaux.

« Quand on m’a amenée ici, j’avais peur et j’ai pleuré. Je ne comprenais pas pourquoi j’étais là et j’avais peur de ne jamais retourner à l’école » explique Angela.

Elle a compris maintenant que cet établissement va l’aider à se reconstruire. « Ma famille me rend souvent visite. Je me suis inscrite à un cours sur les aliments et les boissons en attendant de commencer le collège », dit-elle, ajoutant : « J’espère terminer mes études et devenir un jour hôtesse de l’air. ».

Heureuse d’avoir eu l’opportunité de prendre un nouveau départ, Angela partage le même espoir pour d’autres enfants victimes de la traite. « J’espère qu’eux aussi pourront finir leurs études et trouver des emplois stables pour ne plus jamais être des victimes. »

Suivez-nous

Sur instagram