Aller au contenu principal

8 Mars : Journée internationale des droits des femmes

2 mars 2021

En cette Journée internationale des droits des femmes, Plan International rappelle son engagement pour les droits des filles et des femmes dans le monde.

Le pouvoir de l'éducation

Comment est née la Journée internationale des droits des femmes ?

1 mars 2021

Le monde fête ce lundi, comme tous les 8 mars, la Journée internationale des droits des femmes. Cette journée de mobilisations et de manifestations est l’occasion de faire le bilan sur la situation des femmes dans le monde, de fêter les acquis mais surtout de préparer l’avenir et de faire entendre les revendications à mener pour les futures générations de femmes. Mais connaissez-vous l’origine de cette journée ? Plan International France revient sur son histoire.

Femmes discriminées sur le marché du travail : causes et conséquences

1 mars 2021

À l’occasion de la Journée internationale des droits des Femmes ce 8 mars, le monde entier célèbre les avancées des droits des femmes. Officialisée en 1977 par les Nations-Unies dans la foulée des luttes féministes, cette journée est plus que jamais d’actualité car le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes est encore loin d’être achevé. Retour sur les causes et les conséquences des discriminations subies par les femmes sur le marché du travail.

« Montrons au monde ce que nous savons faire »

1 mars 2021

Les préjugés et stéréotypes de la société bolivienne empêchent les filles d'étudier les sciences, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques (STEM), qui sont généralement considérés comme des domaines dans lesquels les garçons excellent. Malgré cela, la famille de Stefany, une écolière de 14 ans du département de Cochabamba en Bolivie, a toujours soutenu son projet. "À la maison, ils ne m'ont jamais dit non, ma famille m'encourage à développer mon potentiel".

Loi Développement Solidaire : les droits des enfants progressent

26 février 2021

L’examen par l’Assemblée nationale du très attendu projet de loi de programmation relatif au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales (LOPDSLIM) a permis de reconnaître l’importance des droits de l’enfant dans l’aide publique au développement.

Yeyri, Stephanie et Yaya : leur vision d’espoir malgré la situation sanitaire

12 février 2021

Le contexte sanitaire actuel met les relations humaines à rude épreuve. Pourtant, cette période est également l’occasion de se réinventer et de se redécouvrir, d’initier des actions de solidarité et d’entraide. Yeyri, Yaya et Stephanie nous communiquent leur vision de l’espoir malgré la situation sanitaire actuelle, et nous expliquent à quel point l’entraide, l’amour et la solidarité sont aujourd’hui plus que jamais essentiels.

D’anciennes exciseuses abandonnent les mutilations génitales féminines en Guinée

10 février 2021

En Guinée, les mutilations génitales féminines (MGF) sont une pratique "normale" et répandue : 96 % des femmes et des adolescentes ont été excisées. Jusqu'à récemment, Kadiatou et Aissatou gagnaient leur vie en tant qu’exciseuses traditionnelles. Cependant, depuis que Plan International a lancé un projet visant à mettre fin à l’excision dans leur communauté, les femmes ont déposé leurs couteaux et ont remplacé cette pratique par une nouvelle tradition.

"Nous pouvons éduquer nos filles sans les exciser"

9 février 2021

La Guinée a le deuxième taux de mutilations génitales féminines (MGF) le plus élevé au monde après la Somalie, avec environ 96 % des femmes et des adolescentes excisées, selon l'UNICEF. Bien qu'interdite par la loi depuis 2000, cette pratique néfaste se poursuit en raison de l'extrême pression sociale qui règne dans la société guinéenne et qui fait craindre aux parents d'être exclus de leur communauté ou de ne jamais pouvoir marier leurs filles si elles n’ont pas été excisées.

Rencontre avec Dioro : un jeune activiste qui lutte contre les MGF au Mali

8 février 2021

Dioro, 24 ans, collabore avec Plan International depuis de nombreuses années. Grâce à la formation en plaidoyer qu’il a reçu, il utilise ses compétences pour convaincre les communautés d’abandonner des pratiques néfastes comme les mutilations génitales féminines (MGF).