À l’approche de la Journée internationale des droits des enfants et de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, l’ONG Plan International France rappelle qu’il est plus que jamais nécessaire de protéger les droits des enfants et particulièrement ceux des filles, notamment en situations d’urgence.

Quelques chiffres

1 femme sur 3

dans le monde a déjà subi des violences physiques et/ou sexuelles à un moment donné dans sa vie.

268 millions

d’enfants sont touchés par les crises aujourd’hui dans le monde.

12 millions

de filles sont mariées chaque année, soit près d’1 fille toutes les 2 secondes*.

Les droits des enfants toujours bafoués

En 1989, 195 pays, dont la France, ont ratifié la Convention Internationale des droits de l’enfant. En signant ce texte, la communauté internationale s’engage à reconnaître, mettre en œuvre et faire respecter les droits fondamentaux des enfants par tous les moyens en leur pouvoir.

La Convention s’articule autour de 4 principes : la non-discrimination, l’intérêt supérieur de l’enfant, le droit à la vie, à la survie et au développement, ainsi que le respect de l’opinion de l’enfant.

Pourtant, les droits des enfants sont toujours bafoués à travers le monde puisqu’’ils sont encore aujourd’hui, exposés aux risques d’exploitation, d’esclavage et de violences. Autant de fléaux qui privent les enfants de leurs droits.

Les filles : première victimes des violences

Selon l’article 2 de la Convention internationale des droits de l’enfant, les Etats s’engagent à respecter et garantir les droits à tout enfant « sans distinction aucune, indépendamment de toute considération de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou autre de l’enfant ».

Pourtant, les filles sont toujours les premières victimes des inégalités et sont les plus confrontées aux violences et aux inégalités à travers le monde en raison de leur genre. Ces inégalités et ces discriminations ont des conséquences dramatiques sur la vie des filles : mariages forcés, exploitation, déscolarisation etc.

Encore aujourd’hui, des millions de filles doivent encore se battre, parfois au péril de leur vie, pour avoir le droit d’aller à l’école, de grandir dans des conditions de vie décentes, de disposer de leur corps ou d’exprimer librement leurs opinions.

Le combat de Plan International France

L’égalité entre les filles et les garçons est la clef pour un changement durable : c’est pourquoi, Plan International œuvre pour un monde plus juste qui reconnaît l’importance des filles et où les injustices à leur égard n’ont plus leur place.

Grâce à ses programmes de terrain, l’ONG Plan International France agit concrètement pour faire respecter les droits des filles : sensibilisation des communautés à l’égalité de genre, lutte contre les mariages d’enfants etc.

Dans tous les programmes proposés, les filles et les garçons sont encouragé·e·s à revendiquer leurs droits, à la maison, à l’école, dans leurs communautés et auprès des autorités de leur pays.

« Les filles et les femmes en situation d’urgence sont exposées à des risques plus élevés de violences sexistes et sexuelles, d’exploitation et de traumatismes psychologiques. » 

Jennifer Olivier,
Responsable des programmes humanitaires à Plan International France

Redoubler de vigilance en situation de conflits et de crises humanitaires

Alors que les urgences de toute nature ne cessent de se multiplier et de se renforcer, il est plus urgent que jamais de protéger les droits des enfants en contexte de crise. Tous les enfants ont le droit de vivre à l’abri de la violence et de la peur, et il est de la responsabilité collective de la communauté internationale de protéger ce droit.

Plus vulnérables et discriminées, les filles voient leurs droits plus facilement bafoués en contextes de crise. Les organisations humanitaires sont vitales en situation de conflits mais sont très souvent empêchées d’apporter de l’aide aux populations.

Ensemble, aidons les filles jusqu’à l’égalité !

Suivez-nous

Sur instagram