Le Salvador est l’un des pays les plus violents du monde, particulièrement pour les femmes. De plus, dans cette société qui reste patriarcale, le manque de formation et l’omniprésence des gangs bloquent l’autonomisation des femmes. Plan International a construit une ferme piscicole pour les aider à s’assumer financièrement.

Quand Ana Isabel Sorto, 31 ans, arrive à l’étang de sa petite communauté de San Jorge, elle est heureuse. Car, depuis 5 ans, l’étang, où sont élevés des poissons, a changé sa vie et celle de 8 autres jeunes femmes.

Gagner sa vie grâce à la pisciculture

Avant la création de l’étang à poissons, la vie du village – situé à une trentaine de kilomètres de San Salvador, la capitale du pays – était très différente.

Plan International s’est fixé comme l’objectif d’améliorer le statut des filles et des femmes du Salvador, en particulier dans les communautés reculées.

« Auparavant, il n’y avait pas d’emploi ici. Maintenant, nous avons un étang plein de poissons que nous élevons et vendons, et tout le village se passionne pour la pisciculture », explique Ana Isabel.

Ana Isabel, comme beaucoup de femmes au Salvador, a étudié seulement jusqu’au niveau de l’école élémentaire. Elle a été obligée d’arrêter ses études lorsqu’elle est tombée enceinte et qu’elle a dû élever seule son fils : « Les universités sont loin et elles sont chères, je n’ai pas pu poursuivre ma scolarité. »

Dans ce pays, seul 3 % des femmes vont à l’université. La plupart d’entre elles abandonnent l’école à la fin du primaire ou même avant.

Avant la construction de la ferme, Ana Isabel a survécu avec quelques dollars par jour. Ici, le salaire mensuel minimum est de 118 dollars, mais de nombreuses femmes vivent avec beaucoup moins. Grâce à la pisciculture, Ana Isabel gagne maintenant d’environ 200 dollars par mois.

S’autonomiser sans formation et malgré la violence

Au Salvador, l’offre de formation est plus faible pour les femmes que pour les hommes. Le pays est fermement ancré dans des pratiques culturelles anciennes. Dans cette société patriarcale, beaucoup croient encore que la place des femmes est à la maison.

Norma Hernandez, 23 ans, est une autre jeune femme qui profite de la pisciculture. « Je n’ai pas d’autre formation que ce que j’ai appris à l’école primaire. J’étais tellement contente quand j’ai trouvé un emploi grâce à Plan International ! Malheureusement, j’ai dû arrêter de travailler pendant quelque temps parce que les gangs me menaçaient », explique Norma.

La violence généralisée des gangs au Salvador provient de la guerre civile sanglante qui a pris fin en 1992. Elle a fait environ 75 000 victimes au cours des 12 années de conflit. Maintenant, plus de 25 ans après, la violence reste endémique dans la société salvadorienne avec une dizaine de meurtres chaque jour.

Beaucoup de femmes ont très peur de parler des gangs parce que cela peut leur coûter la vie. Norma ne veut pas expliquer pourquoi les gangs l’ont menacée. « Je suis revenue il y a quelque temps à la ferme piscicole, maintenant j’espère pouvoir travailler en paix », se réjouit-elle simplement.

Suivez-nous

Sur instagram