.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col
.col

Au Brésil, Plan International forme les jeunes filles et les femmes à des métiers d’avenir dans les nouvelles technologies pour leur offrir des opportunités d’emploi égales aux garçons. Elles pourront ainsi travailler, subvenir à leurs besoins et devenir indépendantes.

La faible présence des femmes dans le secteur du numérique

Malgré la réputation de la Silicon Valley comme le cœur de l’innovation aux Etats-Unis, l’égalité entre les femmes et les hommes est loin d’y être atteinte. Les équipes de Google, Twitter, Facebook et Apple sont composées à seulement 30 % de femmes. Au Brésil, la situation est assez similaire : seulement 22 % des étudiants en informatique sont des femmes, et seulement 30 % de femmes sont apprenties ingénieures. 

L’industrie technologique a besoin de la participation des femmes. Pas seulement parce qu’elles amèneraient des points de vue nouveaux dans le développement de nouvelles technologies, mais aussi parce qu’exclure les filles et les femmes de ce secteur les marginalise du marché du travail. En effet, de nombreux secteurs ont un besoin croissant de nouvelles technologies, d’applications et de programmation. 

Plan International et l’entreprise Accenture, une des plus grandes compagnies au monde en informatique et technologies, travaillent ensemble pour accroitre l’accès de ce secteur aux filles et aux femmes. Avec le projet Les Jeunes Construisent l’Avenir (Youth Building the Future) à Recife, au nord-est du pays, des jeunes femmes comme Thamires, 21 ans, et Helida, 26 ans, découvrent de nouvelles possibilités pour leur avenir.

Elles construisent l’avenir du Brésil

Thamires n’avait jamais eu d’opportunités d’emploi avant de rejoindre le projet de Plan International, par internet. « C’était dur pour moi de m’insérer dans le marché du travail, parce que les entreprises n’acceptaient que des gens diplômés, avec des années d’expérience, et je ne correspondais pas à ce profil », nous explique-t-elle. « Je pensais qu’il ne s’agissait que d’une formation qualifiante, mais j’étais surprise de découvrir qu’après la fin des cours, on nous accompagne et nous guide dans nos choix professionnels. »  
Aujourd’hui, Thamires travaille comme assistante en technologies numériques à Accenture Recife, où elle a aussi appris de belles leçons : « Avant mon arrivée à Accenture, je voyais les technologies et l’informatique comme des domaines très masculins, mais ici beaucoup de femmes sont employées, nous avons les mêmes opportunités de travail que les hommes. » 
Thamires veut aller à l’université pour étudier le commerce et la gestion. 

Aujourd’hui je suis qualifiée dans mon travail et je vois des nouvelles possibilités pour mon futur !

Helida, qui n’avait jamais reçu aucune formation, a rejoint le projet Les Jeunes Construisent l’Avenir afin de perfectionner ses connaissances et démarrer sa propre entreprise. Elle veut aussi pouvoir aider sa mère à la maison et payer les factures. 
Après la formation, elle aussi a trouvé un emploi avec Accenture, en tant qu’assistante en technologies numériques. « Avant, je n’y connaissais rien », dit Helida. « Je me sentais perdue. Je n’avais aucune opportunité, mais aujourd’hui je suis qualifiée dans mon travail et je vois des nouvelles possibilités pour mon futur ! »
Helida a de nombreuses idées en tête : « Maintenant que j’ai acquis des compétences et des savoir-faire, j’ai de nouvelles valeurs, de nouvelles idées. J’ai envie d’apprendre la gestion, l’administration d’entreprise, le commerce, et mettre tout mon savoir à disposition afin de monter ma propre affaire ». 

 

Suivez-nous

Sur instagram