Vyjayanthi, une jeune indienne de 19 ans, présente régulièrement dans son village et dans son université des sketchs sur des sujets tabous, tels que les mutilations génitales, le mariage des enfants et la violence à l’égard des filles et des jeunes femmes. Elle espère que cela aidera à créer une prise de conscience et à favoriser le changement.

Transmettre malgré tout un message positif

« Les films qui jettent un éclairage positif sur les droits des femmes sont ceux qui m’inspirent le plus », raconte Vyjayanthi. Et elle essaie à son tour de transmettre son message féministe aussi positivement que possible. 

Au cours de sa vie, Vyjayanthi a été témoin de beaucoup de choses autour d’elle. « L’abus d’alcool joue souvent un rôle majeur. Le mari, qui rentre ivre chez lui, battra sa femme, parfois même lui brûlera les mains ou la frappera avec une chaussure. J’ai connu des femmes qui n’étaient plus en mesure de trouver une issue ; alors elles se sont suicidées. »

Le changement passe par l’amélioration de l’accès des filles à l’éducation

Si sa femme réussit mieux que lui professionnellement, il devient jaloux et c’est généralement à ce moment-là que les premiers coups tombent

Vyjayanthi est convaincue que, si ces excès sont si fréquents en Inde, c’est parce que les hommes et les femmes ne sont pas considérés comme égaux, pas même au sein du mariage. « L’homme est systématiquement vu comme supérieur, il s’attend donc à ce que sa femme se comporte comme un être inférieur. Si sa femme réussit mieux que lui professionnellement, il devient jaloux et c’est généralement à ce moment-là que les premiers coups tombent », explique Vyjayanthi, qui a pour ambition d’être enseignante. 

Pour contribuer au changement sociétal, elle a adhéré à la Girls Advocacy Alliance, une association entre Plan international, Terres des Hommes, Défense des enfants – ECPAT et le Ministère néerlandais des affaires étrangères.

En tant que militante auprès des jeunes, elle fait partie d’un réseau de plus en plus large de filles formées pour améliorer la situation des filles et des jeunes femmes par le plaidoyer et l’activisme.

Il a pour objectifs de réduire le nombre de mariages d’enfants, le trafic d’enfants et la violence à l’égard des filles et des jeunes femmes. Et cela passe par la prévention de l’exclusion économique des femmes en améliorant l’accès des filles à l’éducation.

Avant tout, c’est à la population de réagir

Vyjayanthi a l’intention de créer un groupe de jeunes dans sa communauté. Elle souhaite passionnément réussir à influencer les autorités locales mais avant, elle veut faire réagir la population locale par le biais de saynètes de théâtre et de jeux de rôle. 

« Au bout du compte, les problèmes que nous rencontrons relèvent de la responsabilité de la population elle-même. Beaucoup de filles aimeraient bien se marier, mais elles n’ont souvent aucune idée des atrocités auxquelles elles pourraient être confrontées. Elles doivent être convaincues et réagir, sinon rien ne changera », conclut-elle. 

Suivez-nous

Sur instagram