Mon travail ? Convaincre les familles de laisser leurs filles suivre une formation professionnelle

Anamika Sharma, coordinatrice du projet Saksham pour Plan International en Inde, partage avec nous les difficultés de son métier sur le terrain auprès des familles issues des bidonvilles de Dehli.

« Trouver des filles intéressées par les formations et par un emploi n’est pas la tâche la plus compliquée : notre bureau Plan International mène de nombreuses actions dans les bidonvilles de Delhi depuis des années, nous connaissons bien les gens qui vivent ici et eux connaissent bien nos actions.

Il est cependant bien plus difficile de convaincre les familles de laisser leur fille suivre une formation professionnelle pour accéder à un emploi.

« Ce sont les parents, les grands frères et même les petits frères qui ont autorité sur la vie de ces jeunes filles. » 

Lorsque nous menons ces actions de sensibilisations auprès des parents de jeunes filles, nous tentons de démontrer l’importance de l’école et du travail, en insistant sur le fait que les filles peuvent rapidement gagner plus que leurs parents, et accroître le niveau de vie de leur famille entière, après parfois seulement quelques mois de formations professionnelle.

Mais les parents, les grands frères et même les petits frères ont autorité sur la vie de ces jeunes filles, nous demandons donc qui prend les décisions au sein de la famille dès notre arrivée, car nous savons que c’est cette personne qu’il va falloir convaincre.

Je parle aussi beaucoup aux mères, car ce sont souvent elles qui souhaitent une vie différente pour leur fille. Elles ont souvent dû elles-mêmes rester chez elles toute leur vie, à effectuer les tâches domestiques et à s’occuper de la famille, et savent que plus ses filles grandissent, plus elles auront de difficultés à trouver un emploi décent. »

Découvrez notre programme Saksham, pour l’insertion professionnelle des jeunes femmes en Inde.

Suivez-nous

Sur instagram