Aller au contenu principal
>

Ouganda

Depuis 1992, nous aidons des milliers d’enfants à exercer leurs droits.
Nos actions sur le terrain

Lutter contre les tabous sur les règles en Ouganda

En Ouganda, les règles c'est un sujet tabou. Beaucoup de filles manquent l'école car elles n'ont pas les moyens de s'acheter des protections hygiéniques. Les garçons se moquent d'elles.
Pour lutter contre ce problème, l'ONG Plan International mène des actions de sensibilisation auprès des filles mais aussi auprès des garçons. 

Ouganda : à 16 ans, Jemma vit dans le plus grand camp de réfugiés du monde

Jemma a fui le Soudan du Sud pour échapper à la guerre civile meurtrière qui sévit depuis 2013. Elle a rejoint les 280 000 réfugiés regroupés au nord de l’Ouganda à la frontière, dans le camp de Bidi Bidi. 80 % des personnes réfugiées là sont des femmes et des enfants. Elle a perdu ses parents et se bat pour survivre.

Orpheline à 9 ans, Gloria a du apprendre à faire vivre ses frères et sœurs

Aujourd’hui âgée de 17 ans, Gloria vit en Ouganda. Très jeune, elle a perdu ses parents et s’est retrouvée en charge de ses 5 frères et sœurs. Face à cette situation tragique, elle a pu bénéficier du soutien de l’ONG Plan International qui l’a formée pour apprendre un métier. Elle peut maintenant envisager l’avenir plus sereinement et vivre libre.

Rendre Kampala sûre pour les filles

Zahara, Shanon et Jackline vivent à Kampala, capitale de l'Ouganda. Si elles marchent seules dans la rue, elles risquent d'être harcelées, frappées ou violées. Le harcèlement de rue et les violences sexuelles sont de véritables fléaux. Plan International lutte pour y mettre un terme avec le projet de Sécurité dans les villes !

Faridah aimerait se rendre sur son lieu de travail en toute sécurité

En Ouganda, Faridah dirige un groupe de jeunes filles à Kampala qui travaillent à rendre leur ville plus sûre. La nuit, les rues faiblement éclairées accroissent le danger pour la vie des filles. « À l’endroit où mon amie a été tuée, il y a maintenant de la lumière », dit-elle, sur un ton mêlant tristesse et fierté.

Ouganda : stop à l’exploitation sexuelle des filles au travail #NotPartOfHerJob

Sur leur lieu de travail, les filles et femmes du monde entier continuent d’être discriminées et victimes de violences. En Ouganda, 27 % des jeunes femmes sont au chômage contre 9 % des jeunes hommes. Au moins 15 % des femmes travaillent dans le secteur informel qui échappe à la régulation de l’Etat. Mais encore plus alarmant, jusqu’à 1 fille sur 10 est victime d'abus et d'exploitation sexuelle. Désespérées financièrement, elles sont par exemple obligées d'avoir des relations sexuelles avec leur patron pour obtenir un emploi, et pour le conserver, avec des clients.

Jacqueline, ancienne travailleuse en Ouganda, a suivi une formation professionnelle pour devenir electricienne

Ancienne travailleuse sexuelle, je suis désormais électricienne

Comme beaucoup de filles des communautés pauvres en Ouganda, Jacqueline a été déscolarisée et forcée à devenir travailleuse sexuelle à 11 ans. Grâce à Plan International, elle a pu échapper à sa condition et bénéficier d’une formation professionnelle pour apprendre un métier.

Bénévole en Ouganda, j’aide les enfants Sud-Soudanais réfugiés à retrouver le sourire

Halima Mustafa fait partie de nos précieux bénévoles qui travaillent dans les camps de réfugiés ougandais. Cette sud-soudanaise, engagée auprès des enfants les plus vulnérables depuis 2014, n'a qu'un souhait : leur permettre de vivre une enfance heureuse malgré les conditions difficiles dans lesquelles ils vivent. Découvrez son témoignage édifiant.

Le taux de scolarisation des filles dans le secondaire est très bas en Ouganda

Le taux de scolarisation des filles dans le secondaire est très bas en Ouganda. Pourtant, l'éducation est un véritable levier pour leur avenir. Découvrez les actions de Plan International dans ce sens. 

Quelques chiffres
  • 7
    maternités et services néonataux sont en rénovation
  • 7 748
    jeunes hommes et jeunes femmes sont en contrat d’apprentissage ou en formation professionnelle
  • 25
    classes d’écoles primaires ont été construites ou rénovées à Luwero, Tororo et Kamuli